18 Avr

L’excitant congé de maternité

Le fameux congé de maternité. Le long ou le court? Je me lance pour le long : je serai sans doute pauvre mais je vais profiter de chaque minute possible avec ma fille! Ma DPA étant fin novembre je me rappelle m’être dit : « Oh! que je vais exploiter le cocooning à son plein potentiel! ».

La vision magique

Oui, je me suis imaginée très longtemps d’avance avec mon mini bébé dans le confort de ma maison, regardant les tempêtes rager et moi siroter mon café tout en berçant bébé. Tout ceci vêtue de mon linge le plus mou, pas maquillée, les cheveux en vacance de tout règlement. Avant d’accoucher j’avais d’ailleurs pris soin de ranger mon linge rigide : jeans, chemises, chandails et t-shirt ajustés…ils ne seraient plus les bienvenus pour les prochains 6 mois. J’avais mis en garde mon entourage : j’allais « vacher » chez nous en écoutant les 673 épisodes de « Masterchef Australie », nourrir et laver mon bébé et ne ressortir qu’au printemps. Bref : je nous mettais en hibernation! C’était ma façon de fabriquer un cocon d’amour à ma petite famille.

Se faire péter sa bulle

Bon, vous vous en doutez: je me suis fait péter ma bulle. Mes amies déjà maman se sont empressées de m’avertir de ne pas trop m’isoler, que je ressentirais inévitablement le besoin de sortir. Plusieurs m’ont même dit que je devrais m’inscrire à au moins un cours par semaine pour me permettre de sortir et de rencontrer d’autres mamans. Ma mère, qui m’encourageait à faire pareil, a poussé sa luck en me disant que je devais me faire une ou des nouvelles amies. Un instant : repartir une amitié à zéro? Non merci! Trop de temps, trop d’énergie. Bref je « feelais » sauvage!

Le congé de maternité arrive enfin

Ça y est, je quitte le bureau, c’était la dernière journée par un beau vendredi de fin octobre. Je suis libre! Allô les « leggins », ciao bye les milliers de courriels et le quotidien de job de bureau!

J’accouche deux semaines plus tard : enfin nous accueillons notre fille. Le fun commence, c’est clairement pas facile au départ mais mon linge mou m’aide à relaxer et à compenser mon manque de sommeil. Les candidats de « Masterchef Australie » sont sur la coche et j’ai déjà mon favori après trois épisodes! Let’s go Matt…je suis convaincue qu’il se rendra en finale!

Étonnamment, nous sortons avec bébé assez souvent et j’y prends plaisir. Bon : installer  un bébé de deux semaines dans une coquille c’est la crise de larmes assurée, autant pour moi que pour bébé, mais on s’habituera.

Un beau lundi matin de décembre, le chum, ayant épuisé ses 5 semaines de congé parental, retourne au travail. Je décide de faire une virée à la pharmacie lors de mon premier lundi en solitaire, question de sortir avec bébé, mes « leggins » fleuris et mes cheveux en motte. Une bonne pratique pour mon cours de yoga et de massage pour bébé qui commence dans deux semaines (ben oui j’ai écouté les conseils). Donc : prépare le sac (on sait jamais quand arrivera un caca explosif!), mets fefille dans sa coquille, la crise, j’ai chaud, je m’habille, elle fait caca, sors bébé, change bébé et remets dans la coquille, sors la poussette, sors bébé, arrive à l’auto (routine qui a pris 50 bonnes minutes). Les portes de l’auto ne se débarrent pas. J’ai beau appuyer frénétiquement sur la télécommande, rien ne se passe. Ben voyons…je débarre « old style » la clé dans la serrure. Je me doute que quelque chose ne fonctionnera pas pour la suite logique des choses. Ben oui : le char part pas. La batterie est à terre! Normal : mon auto dort depuis 5 semaines dans le luxueux garage de toile!

Je refais donc les étapes énumérées plus haut à l’envers. Too bad pour la sortie, le chum s’occupera de l’auto ce soir. Attends…Non! Oh que non!

La fille de région se réveille!!!!!

Eille je suis clairement pas certaine du mode d’emploi exact pour « booster » un char, mais je suis une fille de région. À 8 ans je startais un ski doo seule (en tirant sur une corde, pas en tournant une clé!). J’ai déjà débrousaillé et je sais corder du bois, oui monsieur! En plus, j’ai déjà investi 50 minutes de mon temps pour tout préparer. Je me dis alors que c’est le moment de montrer l’exemple à ma fille de six semaines : être forte et débrouillarde, c’est important fille!

Donc : sors bébé de sa coquille, dépose bébé dans le moïse, le chum confirme mon diagnostic de bobo de char par textos. Je me dépêche à faire les étapes du boostage en règle (écrites en 3 langues dans l’étui où dorment mes câbles à booster depuis 6 ans) parce que bébé est dans la maison, sans moi…ça me stress, je me traite de mauvaise mère, je rentre donc voir comment elle va. Elle dort. Parfait. Je repars jouer à la mécanicienne dans mon garage de fortune et je réussis à partir le char : VICTOIRE!! J’entre, prends bébé, le mets dans la coquille, elle se réveille, elle a soif, je la fais boire. Finalement pour une sortie qui a duré 15 minutes à la pharmacie, ça m’a pris 2 heures de préparation. J’étais brûlée, je pense ben avoir perdu un bon 7 livres en sueur! Mais peu importe c’était ma première grande victoire de maman débrouillarde.

Revirement de situation

Évidemment, j’ai pris goût à aller à mon cours de yoga et de massage pour bébé (en plus je pouvais y aller en pyjama en me faisant croire que c’était mon outfit de yoga!). À mesure que les semaines passaient, je m’inscrivais à d’autres cours et à des ateliers ici et là qui m’intéressaient. Ma fille semble avoir développé un amour profond pour le « reggaeton » grâce au Zumba du vendredi (où je réussis aussi à aller en pyjama : vive les leggins!). J’ai même poussé l’audace jusqu’à ressortir mes jeans et me faire couper les cheveux. Je me rends compte que ça fait du bien de voir d’autres mamans, de parler de nos « up and down », se poser des questions, s’échanger des trucs, rire de nos maladresses et surtout s’entraider! Mes meilleurs trucs et conseils, je les ai reçus des autres mamans que j’ai rencontrées. Et honnêtement : juste sortir de la maison et dire une phrase complète à quelqu’un c’est le fun! Mais c’est aussi le fun d’être à la maison, en pyjama, à regarder ma fille, la bercer et lui faire des milliers de « coucou » pendant que mon café se fait réchauffer pour la troisième fois au micro-onde.

Finalement, rien ne s’est passé comme je l’avais prévu et le boutte du boutte : Matt a même pas gagné Masterchef Australie. Quelle déception (j’avoue avoir pleuré)!

Cet été, aucun cours au menu : juste ma fille, la piscine et des promenades en poussette. Tout ça en écoutant la discographie complète de Sean Paul! À date, c’est mon plan. On verra bien…

Et vous, votre vision était la bonne ou complètement à l’opposé pour votre congé de maternité? Aviez-vous des attentes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *