09 Mar

Le juste milieu

Il m’arrive de tenir mon bout ben ben fort avec ma “préado” de 5 ans, pour des raisons aussi niaiseuses qu’une histoire de robes…

C’est le genre de tensions qui s’installent souvent entre elle et moi et qui me font culpabiliser!

On dit souvent que le 4-5 ans, c’est une période pas toujours facile…  (y a-t-il vraiment un âge qui l’est?) et je m’étais promis de toujours voir le positif de chaque étape plutôt que le négatif. De percevoir les choses en fonction de comment je peux guider mon enfant dans son apprentissage de la vie, de façon positive et bienveillante, plutôt qu’en marchant aux menaces et aux conséquences…

Sauf que des fois, mon « level » de patience est moyennement élevé pis je m’acharne sur un « obstinage » banal pour une histoire de robe mauve versus la robe bleu.

Que veux-tu, moi, dans la vie, l’une des choses que je trouve les plus insupportables c’est le gaspillage et l’achat inutile de choses qui ne servent pas. Pis ma fille est dans une passe où elle veut tout le temps porter les 2-3 mêmes vêtements. Je sais c’est ridicule.

Mais un bon matin, j’ai commencé à tenir mon bout plus fermement sur ce sujet-là.

Pour. Une. Robe.

Alors qu’elle n’a encore aucune idée de cette notion de gaspillage (et que c’est à moi de bien le lui enseigner!).

Ma fille avait pleuré tout le long du trajet vers son cours de ballet ce matin-là, pendant que moi, je me sentais comme une mère de m….!

Deux idées contradictoires se heurtaient dans ma tête:

1- C’est donc ben con de s’acharner sur une histoire de robe; c’est juste une enfant qui veut s’affirmer, faire ses choix… c’est même souhaitable finalement!! Je m’en veux de lui avoir fait de la peine…

2- Mais il paraît que, comme parent, si on ne tient pas notre bout, si on est pas constant en TOUT TEMPS, après on a pu aucune crédibilité pis on va toute « fucker » notre enfant.
Entk c’est la fille de tel ou tel blogue machin qui l’a dit. Pis il y a aussi telle et telle psychoéducatrice qui le dit sur sa page Facebook 🤷🏽‍♀️.

Pis moi, a travers tout ça, entre mon instinct de maman et toute l’info dont on se fait marteler dans nos téléphones intelligents jour et nuit, il m’arrive d’avoir bien de la difficulté à trouver il est où, le juste milieu dans tout ça.

Je me situe où moi là-dedans?

Si je lâche prise, est-ce que je viens de scrapper toute mon intervention? Aussi ridicule soit-elle?

Et si j’ai envie de m’excuser, de lui montrer que maman n’est pas parfaite et qu’elle s’est trompée? Qu’elle a manqué de patience et qu’elle a mal géré la situation?

Ce matin-là, je regardais ma fille danser dans son cours de ballet, pis j’avais les larmes aux yeux.

J’étais émue de voir la petite fille énergique et indépendante qu’elle est. De la voir danser, s’amuser, être heureuse.

Pis finalement, c’est tout ce qui compte!

Pour le reste, on va continuer de travailler très fort ensemble et accepter de ne pas être parfaites.
On va regarder en avant en apportant avec nous des apprentissages tirés de ce qu’on a laissé derrière.

On va continuer d’utiliser et d’adapter les outils dont on nous parle et qui font du sens pour nous.

Et on va développer ensemble, notre propre « juste milieu » à nous! ❤️

 

 

Par Annie-Claude Bérubé

9 mars 2020

 

Crédit photo: Photo by Simon Rae on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *