26 Mai

Je n’ai pas tenu toutes mes promesses…

Alors que tu n’avais que quelques jours de vie, je t’ai fait des promesses.

Du plus profond de mon cœur, j’avais évidemment la ferme intention d’être la meilleure mère qui soit pour toi, et je me suis engagée à toujours être présente, et à faire passer tes besoins en priorité. 

Je t’ai donné ma parole à l’effet que, jamais, je n’irais à l’encontre de ce qui me semblerait être le mieux pour toi dans toutes mes futures décisions pouvant avoir un impact sur ta vie… 

On m’a parfois jugée, ou du moins, partagé des avis divergents par rapport à mes choix te concernant, que ce soit pour l’allaitement long, le cododo, etc. Mais ma fille, ça n’avait aucune importance! Parce qu’il n’était pas né encore celui qui allait me faire piler sur mes choix qui découlaient de mon puissant instinct maternel! 😉 

Et je t’ai également promis de ne jamais crier sur toi…. Ça peut avoir l’air banal, mais pour moi, c’était d’une grande importance. 

 

Puis, ton petit frère est né. Sans même en avoir conscience, il m’a prouvé à quel point l’amour peut se multiplier, et qu’il est bel et bien possible d’aimer un autre petit être aussi intensément que je pouvais t’aimer toi. 

Et je lui ai fait les mêmes promesses qu’à toi. 

 

Ma grande fille, j’ai le cœur qui se tort un peu dans ma poitrine quand je constate qu’il y a une part de ces promesses-là que je n’ai pas respectée à la lettre depuis ta naissance. Je dois m’admettre à moi-même, ainsi qu’à toi, que j’ai des failles et qu’il m’est arrivé de faire des mauvais choix, et de m’éloigner de la maman que je me suis engagée à être pour ton frère et toi.

Et c’est à toi que je m’adresse ma bébé-princesse, parce que je sais que malgré ton si petit âge, tu es maintenant assez grande pour pouvoir constater quelques unes de mes lacunes… 

 

Il m’arrive, sans vraiment le vouloir, de chercher à te faire grandir trop vite à travers ton rôle de grande sœur. Il m’arrive de perdre patience à travers le rythme parfois insensé de notre vie, de manquer de patience et d’ouverture face à ton tempérament explosif, et d’oublier que ta réalité d’enfant de presque 6 ans n’est pas forcément la même que la mienne, dans ma tête d’adulte… 

Mais s’il y a bien une chose que je peux te promettre sans le moindre doute, c’est de toujours continuer de faire de mon mieux.

De toujours être là pour vous deux, ton frère et toi. De travailler très fort pour rattraper mes erreurs et faire tout ce qui est en mon possible pour que vous sachiez à quel point je vous aime et que vous ayez toujours confiance en moi.

De faire attention à la marge qui existe entre la discipline nécessaire et votre droit d’être des enfants, à travers ces traits personnalités bien marqués qui vous sont propres.

De continuer à m’émerveiller le plus souvent possible devant ces comportements qui vous distinguent et qui vous rendent uniques chacun à votre façon, même s’il m’arrive parfois trop souvent de me montrer irritée et de vous demander du calme, de l’ordre et du silence. 

 

Je veux vous renvoyer l’image d’une maman qui n’est pas parfaite, mais qui sait assumer et reconnaître ses faux pas, et qui fera toujours de vous sa priorité, quoi qu’il arrive…

Même si cela implique que vous ne compreniez pas toujours mes choix, et même, que vous ayez envie de me détester parfois.

Je veux que vous grandissiez en sachant que c’est correct de se tromper et de ne pas être parfait, tant qu’on fait les choses avec notre cœur et qu’on fait de notre mieux.

Et moi, je ferai toujours ce qui me semble être le mieux selon les circonstances, même si ce “mieux” peut avoir une signification différente pour chacun. 

Quoi qu’il arrive, de tout ce que j’ai pu accomplir jusqu’à maintenant dans ma vie, vous représentez, et représenterez toujours, ce dont je suis le plus fière au monde.

Ça ne sera pas facile tous les jours, mais je n’arrêterai jamais de faire tout ce qui est mon pouvoir pour m’améliorer et vous offrir le meilleur de moi-même. Et cette promesse-là, je sais que je n’en dérogerai pas.

 

Avec tout mon amour, 

votre maman imparfaite 

 

 

Par Annie-Claude Bérubé

26 mai 2020

 

Crédit photo: Photo by Adalia Botha on Unsplash

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *