21 Mar

Ces choses qu’on a considérées comme acquises…

On s’entend tous pour dire que les événements que nous vivons actuellement nous amènent impérativement à réfléchir….

Au mieux (parce qu’il faudra en tirer du positif), cela nous amènera à revoir certaines de nos habitudes, mais aussi, à prendre conscience du nombre de choses que nous avons trop longtemps considérées comme acquises, voire banales. 

Et je ne fais pas exception à la règle!

Il m’a fallu quelques jours avant de réaliser l’ampleur de la situation. Mais dans la dernière semaine, ça m’a frappé en pleine face comme un oiseau qui rencontre une fenêtre en plein vol. 

Parce qu’en ce moment, on ne sait pas encore combien de temps cela prendra avant de pouvoir à nouveau:

  • serrer dans nos bras nos amis, nos proches qui n’habitent pas avec nous;
  • nous rendre au travail (ou le faire sans angoisser et sans danger);
  • faire des choses aussi simples que d’aller magasiner, sortir prendre un café ou un verre, amener les enfants au parc, etc.;
  • aller visiter de la famille à l’extérieur, aller en camping…
  • aller au cinéma;
  • honorer nos rendez-vous habituels (dentiste, coiffeuse, etc.);
  • pratiquer des sports d’équipe;
  • et la liste pourrait s’allonger bien longtemps. 

 

Je ne dis pas cela dans le but d’être pessimiste. Mais plutôt dans l’optique d’en faire une solide prise de conscience. J’ose croire en l’idée que nous y réfléchirons à deux fois, à l’avenir avant de nous plaindre à la moindre petite difficulté, ou avant d’espérer en permanence d’obtenir ce que nous n’avons pas, avant même d’apprécier ce que nous possédons déjà.

Nous sommes en train de tirer une grande leçon de vie selon laquelle cette liberté, que nous croyions acquise, était loin de l’être.

Nous réaliserons peut-être aussi que toutes les fois où nous avons négligé d’accorder du temps de qualité à ceux que nous aimons constituaient de belles occasions d’en profiter avant d’en être privés de façon indéterminée, et que celles-ci peuvent nous être enlevées à tout moment.

Nous comprendrons encore davantage l’importance d’acheter local et d’encourager les gens d’ici, même quand ça coûte un p’tit peu plus cher. 

 

Actuellement, peu importe ton statut social, ta réputation, ton nom, ta carrière, le montant actuel dans ton compte de banque, ton opinion ou tes jugements sur les choix des autres, ou encore ton nombre de followers sur Instagram, ça ne fait plus beaucoup de différence. 

On se retrouve tous privés sensiblement des mêmes choses et notre meilleure issue sera de se serrer les coudes, de réajuster nos priorités, nos valeurs, et de cesser de voir seulement jusqu’au bout de notre nez. 

Dans le fond, présentement, peu importe qui on est, on se retrouve tous pour la plupart en leggings ou en joggings dans nos maisons ;). 

(Et j’ai ici une ÉNORME pensée pour tous ceux qui se donnent corps et âme dans les services essentiels, en dépit des risques que cela implique.)

 

N’attendons pas la fin de la crise pour faire des changements dans nos habitudes et nos façons de voir les choses.

Apprécions immédiatement tout ce que l’on possède EN CE MOMENT MÊME. Parce qu’on a tous au gros minimum 5 raisons d’être reconnaissants actuellement, et je vous invite à les mettre sur papier TOUS les jours! (Un bon exercice à faire avec les enfants d’ailleurs :)). 

Soyons créatifs dans nos façons d’occuper notre temps, mais apprenons aussi à décrocher et à vivre le moment présent! 

D’ici-là,  #staythefuckhome #çavabienaller 

 

Par Annie-Claude Bérubé

21 mars 2020

 

 

Photo by Toa Heftiba on Unsplash

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *